Les scrupules

LES SCRUPULES
Les scrupules constituent une ou des obsessions en lien avec une conscience morale tyrannique et liées à la culpabilité.

Le scrupule concerne la culpabilité par rapport à un idéal. Lorsque la conscience morale et l’idéal s’associent à la culpabilité, il y a alors des scrupules.

Les « bons » scrupules

Il arrive à tout le monde de ressentir des scrupules par rapport à une action qu’on pourrait qualifier de limite sur le plan morale, par exemple d’annuler un rendez vous au dernier moment. Cela arrive lorsque la décision repose sur un choix qui met en jeu la morale mais que ce choix n’est pas très clair pour la personne ou en tout cas as assumé. Elle ressent alors des scrupules qui sont l’expression de son sentiment de culpabilité face au doute ou au flou du choix à prendre. Cela arrive également lorsqu’il y a une obligation de prendre une décision ou d’agir qui va à l’encontre de sa morale.
Ces types de scrupules sont normaux et sains car ils signalent à la personne qu’elle va à l’encontre de sa morale.

Lorsque le scrupule devient pathologique

Les scrupules deviennent pathologiques lorsqu’ils présentent les aspects suivant:

soit parce qu’ils ne sont pas en proportion avec l’évènement ou n’ont pas de lien direct avec
soit parce qu’ils sont chroniques
soit encore parce que la personne fait tout ce qu’elle peut pour éviter la situation sans y arriver et donc subi les évènements avec un sentiment de culpabilité

En dehors des quelques situations que nous avons cité précédemment on peut dire que la majorité des scrupules sont pathologiques.

Il arrive fréquemment que les scrupules se fixent sur des aspects religieux chez les croyants. Dans ce cas, ils vont par exemple se porter sur la notion de péché ou sur tout ce qui peut rejoindre les questions de morale en lien avec la pratique religieuse. Il ne s’agit pas alors de problématique spirituelle mais bien d’un trouble psychologique qui va se fixer sur des questions spirituelles.

Les scrupules, lorsqu’ils sont pathologiques, sont source de souffrance, parfois très grande, et donner des angoisses importantes.

Il est important de ne pas porter un regard moral, même religieuse, sur la problématique apportée, car cela ne fait que renforcer les scrupules, mais plutôt de proposer à la personne d’entreprendre une psychothérapie.

Comment se libérer des scrupules

La première chose consiste à déculpabiliser. Les scrupules sont l’expression directe d’une culpabilité qui se fixe sur certains aspects de la vie de l’individu. Pour cela il est nécessaire que la personne puisse prendre conscience du décalage qui existe entre sa culpabilité et la réalité. Il y a donc, dans un premier temps, tout une travail psychothérapeutique en lien avec la culpabilité, les angoisses éventuelles et les pensées morbides.

Lorsque celles ci seront atténuées, il sera possible d’approfondir et de traiter les scrupules comme nous l’avons vu pour les autres pensées obsessionnelles, tout en déculpabilisant systématiquement à chaque fois où ce sera nécessaire.

Cela nécessite d’abord d’être conscient de la chronologie du processus: de la situation à l’origine, des ressentis, des pensées qui en découlent, du scénario, etc… Ensuite il convient de se poser la question de l’adéquation. Est ce que le ressenti est juste, est ce que les pensées correspondent à la situation, est ce que le scénario n’est pas imaginaire. Dans bien des cas en persévérant, il sera possible de réaliser que ce n’est que de l’imagination et d’apprendre à les réfuter.

Ensuite il sera souvent utile de remonter le cycle du processus pour pouvoir l’arrêter dès l’origine. Autrement dit il convient de faire le chemin inverse en prenant conscience de chacune des étapes pour revenir à un mode de fonctionnement sain.

Enfin, il à partir de là, il sera possible de trouver d’autres chemins en étant plus conscient :
des mécanismes qui jusqu’alors était inconscients
de ses ressentis et des pensées qui en découlent
pour pouvoir trouver une adaptation plus créatrice

Parallèlement il sera nécessaire de retrouver le contact avec le concret, avec l’environnement et avec les autres car la personnes en prise avec des pensées obsessionnelles est coupée de l’environnement. Il s’agira donc d’apprendre à vivre dans « l’ici et maintenant » et non pas ailleurs ou dans un autre temps.
Le fait de renouer avec le contact permettra de remettre en route l’adaptation créatrice qui sera un antidote à l’enferment dans les pensées. Tout cela se déroule dans le cadre d’une psychothérapie.

Please like & share:
error

Pensées obsessionnelles

Les pensées obsessionnelles

Les obsessions sont dues à ce que nous appelons l’intelligence discursive, c’est à dire celle qui tient des discours en nous. Lorsque la pensée tourne en boucle, elle devient vite obsédante. L’individu ne pense plus qu’à la même chose de façon réplétive, voir même constamment.
Les pensées obsessionnelles peuvent concerner tous les aspects de la vie.

La première chose est de les regarder comme le symptôme de quelque chose de plus profond dont la personne n’a pas conscience. Il y a donc deux façons de voir. Une façon à cours terme qui va consister à tenter de supprimer le symptôme et parfois c’est suffisant. Une façon à long terme qui cherchera plutôt la prise de conscience de ce qui est à l’origine des pensées obsédantes.

Un autre aspect en lien avec les obsessions, c’est qu’elles constituent des défenses face à une problématique plus profonde et qui fragiliserait encore plus l’individu comme par exemple une dépression. On peut donc les voir comme quelque chose qui à un moment a eu une utilité et constituait une adaptation, mais qui est devenu automatique et inadapté.

Ces pensées s’organisent souvent autour d’un scénario dont la personne ne mesure pas la portée. Ce scénario va prendre certains éléments dans la réalité ou la situation présente mais il en prend aussi dans les fantasmes inconscients. Cela signifie qu’il y a une part d’actuel et une part d’imaginaire qu’il convient de rendre conscient et de discerner. Lorsque la personne perçoit mieux son scénario, alors elle devient plus capable de mettre de la distance par rapport à ce type de pensées.

Mais au delà du scénario, c’est tout un processus de pensée qui se met en place sous forme d’une boucle qui vient se renforcer « à chaque tour » Et c’est ce processus qu’il est important d’identifier pour pouvoir en sortir.

Comment s’en libérer?

Nous avons vu que les pensées obsessionnelles suivait un processus en boucle qui se renforçait à chaque passage. Il est donc important d’ouvrir le cercle de cette boucle de pensées.

Cela nécessite d’abord d’en prendre conscience, ce qui veut dire être conscient de la chronologie du processus: de la situation à l’origine, des ressentis, des pensées qui en découlent, du scénario, etc…

Ensuite il convient de se poser la question de l’adéquation. Est ce que le ressenti est juste, est ce que les pensées correspondent à la situation, est ce que le scénario n’est pas imaginaire. Dans bien des cas, il sera possible de réaliser que ce n’est que de l’imagination et d’apprendre à les réfuter.

Ensuite il sera souvent utile de remonter le cycle du processus pour pouvoir l’arrêter dès l’origine. Autrement dit il convient de faire le chemin inverse en prenant conscience de chacune des étapes pour revenir à un mode de fonctionnement sain.

Enfin, il à partir de là, il sera possible de trouver d’autres chemins en étant plus conscient :
des mécanismes qui jusqu’alors était inconscients
de ses ressentis et des pensées qui en découlent
pour pouvoir trouver une adaptation plus créatrice
Parallèlement il sera nécessaire de retrouver le contact avec le concret, avec l’environnement et avec les autres car la personnes en prise avec des pensées obsessionnelles est coupée de l’environnement. Il s’agira donc d’apprendre à vivre dans « l’ici et maintenant » et non pas ailleurs ou dans un autre temps.

Le fait de renouer avec le contact (avec soi même et avec l’environnement) permettra de remettre en route l’adaptation créatrice qui sera un antidote à l’enferment dans les pensées.

Tout cela se déroule dans le cadre d’une psychothérapie.

Please like & share:
error
error

Vous aimez ce site, partagez à vos amis